Gorges de l'ardèche un engagement grandeur nature
 
 
 
GORGES DE L'ARDECHE
SYNDICAT DE GESTION
Le village 07700 Saint-Remèze
 
 
 

Les Gorges de l'Ardèche se trouvent à la limite nord des paysages typiquement méditerranéens. Plusieurs espèces animales se trouvent donc en limite de leur aire de répartition, certaines sont vulnérables et rares à l'échelle nationale, voire européenne. La faune, comme la flore, ont besoin de certaines conditions de vie et sont caractéristiques aux quatre grands milieux.


La garrigue

La faune des garrigues, très particulière, s’est développée dans un paysage méditerranéen façonné par l’homme. Insectes, reptiles et oiseaux, principalement, ont su profiter des pratiques culturales favorisant les milieux ouverts diversifiés.


La Chênaie

La reconstitution progressive des forêts méditerranéennes s'accompagne d'une évolution des espèces qui occupent ce milieu. Ainsi, avec la chênaie verte de type méditerranéen qui couvre, aujourd’hui une grande partie de la réserve et des plateaux alentours, la faune forestière d’une grande diversité trouve le calme nécessaire à ses occupations (reproduction, alimentation).


Les Bords de rivière

Les milieux aquatiques sont essentiellement représentés par le cours de l'Ardèche et de ses affluents comme l'Ibie et le Tiourre. Des ruisseaux intermittents comme le Baravon ou le Rieussec ajoutent à cette variété d'habitats. Enfin, la présence du Rhône crée un lien avec la Méditerranée.


Parois rocheuses

Les milieux rupestres abritent une faune particulière mais jouent aussi un rôle de refuge pour les espèces longtemps persécutées par l'homme. Les espèces capables de vivre ainsi sur la roche sont très spécialisées. Les animaux les plus adaptés sont les oiseaux, pour ceux capables de fabriquer leur nid à flanc de falaises où ils trouvent la quiétude nécessaire à leur reproduction.


Milieu Souterrain

Les nombreuses cavités du calcaire urgonien sont occupées par une faune cavernicole caractéristique. Elle s'est adaptée aux conditions particulières des grottes et ne pourrait pas vivre en-dehors. Invertébrés et Chauves-souris se partagent le milieu souterrain avec l’Homme, attentif à respecter  les habitants « naturels » de ces lieux uniques et fragiles.