Gorges de l'ardèche un engagement grandeur nature
 
 
 
GORGES DE L'ARDECHE
SYNDICAT DE GESTION
Le village 07700 Saint-Remèze
 
 
 

Patrimoine Culturel

L'Homme, présent dans les Gorges de l'Ardèche et leurs plateaux depuis au moins 300 000 ans, a laissé une empreinte qui témoigne de l'extraordinaire richesse culturelle de ce site. Les traces de ses activités : taille du silex, façonnage d'outils de chasse et de pêche, qualité de ses gravures et peintures rupestres (Grotte Chauvet), sont abondantes et spectaculaires.  Depuis des temps reculés, l'homme a trouvé refuge dans les grottes, les abris sous roche et les avens effondrés des Gorges de l'Ardèche et de leur périphérie. Les cavités s'ouvraient à la surface des plateaux calcaires ou au flanc de petites vallées aujourd'hui sèches, mais l'essentiel se situait dans les hautes falaises creusées par l'Ardèche.

Cette importante concentration de sites du Bas-Vivarais fut étudiée dès la seconde moitié du XIXème Siècle. Les fouilles qui s’y succèdent depuis, classent l’Ardèche parmi les régions emblématiques de la recherche préhistorique française. Tous les principaux thèmes d’études sur le Paléolithique y ont été abordés. Une attention particulière a toujours été portée sur les grottes ornées des gorges de l’Ardèche qui ont vu la reconnaissance de l’Art pariétal paléolithique.

Pour toutes ces raisons évidentes, la cité de la Préhistoire qui abrite la plupart des collections du département, offre une présentation permanente de la Préhistoire ancienne et récente.

Attardons-nous sur quatre périodes qui ont laissé d'importantes traces dans les Gorges de l'Ardèche


Le Paléolithique supérieur

Le Paléolithique supérieur (de -35 000 à -10 000 ans avant notre ère) ou « la civilisation de l’Homme de Cro Magnon ».  Nous sommes autour de – 30 000 ans au maximum d’une grande glaciation qui affecte toute l’Europe. Des groupes humains trouvent alors refuge dans les Gorges de l’Ardèche où le climat est un peu plus clément. C’est la période des chasseurs cueilleurs préhistoriques qui taillent les silex pour fabriquer des outils, dépecer le gibier, cuire la viande, tanner et coudre les peaux pour les  vêtements . C’est à cette époque aussi que nos ancêtres représentent sur les parois des grottes les animaux qui peuplent alors ce territoire : bouquetins, chevaux, rhinocéros laineux, mammouths, cerfs, mais aussi ours, lions et hyènes.


Le Néolithique

Le Néolithique (de – 6000 à – 2000 ans avant notre ère) les Homo-sapiens se sédentarisent. Il y a moins de 6 000 ans avant JC des groupes venus du sud et de la Vallée du Rhône arrivent dans les Gorges de l’Ardèche avec un nouveau mode de vie. Ils apportent une nouvelle économie née au Proche Orient basée sur l’élevage et la culture des céréales : c’est un « nouvel âge » pour l’humanité qui commence.


Le Moyen-Age

Des châteaux s’installent à l’entrée et à la sortie des Gorges de l’Ardèche avec pour mission de marquer ou de surveiller des territoires, de contrôler les passages et les hommes. Les reliefs s’y prêtent bien. Ce sont, de l’amont vers l’aval, les châteaux de Salavas et de Vallon Pont d’Arc, la Tour d’Ebbou, le Château d’Aiguèze. Suite à la montée en puissance des évêques de Viviers et des ordres monastiques, de nombreuses églises et chapelles sont édifiées en Bas-Vivarais au XIIème siècle. Cette époque est marquée par un nouvel art de bâtir, caractérisé par un plan basilical et l’emploi de la voûte : l’art roman. Des ordres religieux à caractère militaire liés aux Croisades s’installent dans la région.


Le XIXème siècle

Le XIXème siècle est le « siècle d’or » de l’Ardèche, celui d’une occupation maximale des sols, de l’aménagement des terrasses en pierre sèche, de la vigne et du ver à soie. Jamais il n’y a eu autant de monde. C’est l’apogée d’une civilisation rurale, construite par des générations de modestes paysans sur un terroir difficile ; ses traces marqueront pour longtemps le paysage.